';
Preloader logo

Le processus libérateur de l’art-thérapie.

Le processus libérateur de l’art-thérapie.

Pour vous en parler je vais vous partager une expérience personnelle.

C’était une atelier d’art-thérapie par la création de land-art. Nous devions tous apporter des éléments de la nature : sable, bâtons flottant, mousses, feuilles…

Après un temps pour nous mettre en condition d’accueil du subtil nous devons réaliser une création. Au bout d’un temps l’art-thérapeute nous invite à “déconstruire” notre oeuvre et ne garder que l’élément unique qui nous est important…

Rien de bien méchant cela nous oblige à déconstruire et suivre notre création dans un autre mouvement.

Rien de bien méchant et pourtant… je vais me coincer le dos à en lâcher des larmes sur mes joues, devoir contacter le lundi suivant ce week-end de stage mon osteo…

La douleur sera à la hauteur de ce que je vais régler suite à cet atelier.

Pas besoin de chercher à faire de l’interprétation sauvage ou de comptoir pour savoir ce que j’ai réglé.

Le constat est le suivant : suite à l’atelier je peux perdre un objet ou une amitié ou quelqu’un parce qu’il part pour un autre monde, mon monde intérieur ne s’écroule plus.

Avant l’atelier depuis l’enfance si je perdais un objet ou une amitié c’était une part de moi-même qui disparaissait et le deuil pouvait s’étendre sur des mois voire des années…

Suite à cet atelier j’ai pris conscience du processus vraiment subtil de l’art-thérapie. L’art-thérapie contrairement à une psychanalyse n’est pas dans l’interprétation mais la discipline en elle-même va agir à un autre endroit…

Nul besoin pour moi d’aller savoir ce qui s’est réglé auprès d’un autre thérapeute, de chercher à y mettre des mots, il me suffit de constater que j’ai gagné depuis une grande liberté psychique face aux événements qui conduisent à du deuil. La séance d’art-thérapie suffit.

L’art-thérapie peut suffire mais elle peut aussi etre complétée ou complémentaire d’un travail avec un psychologue, un psychiatre ou tout autres professionnels de l’accompagnement et du soin… Par exemple : Des éléments jaillissant lors d’une séance peuvent être traités avec son psychologue/psychiatre ou inversement des émotions jaillissant suite à une séance avec son psy peuvent être dépassés et sortis de soi par l’art-thérapie.

Une bien belle pratique qui peut être aussi une belle complémentarité pour un travail de transformation :-).

Belle transformation à tous…

Cécile

Leave a reply